Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Agriculture de précision : SIMA 2019 - Que décider en termes d’OAD ?

Agriculture de précision : SIMA 2019 - Que décider en termes d’OAD ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Cette année encore, la Chambre d’agriculture de la Haute-Garonne était présente au SIMA pour prendre le pouls de l’innovation agricole. Une tendance de fond se faisait clairement sentir, nous entrons dans l’« ère de la donnée ».

 

 

 

 

 

Tout le monde collecte des données… mais pour quoi faire ?
Des signes qui ne trompent pas sur ce changement : la quasi-totalité des constructeurs présents sur le salon avait focalisé leur communication sur le numérique, les capteurs et l’automatisation. Ces outils permettent la collecte de nombreuses informations qui « en théorie » permettront d’être plus efficace, de mieux analyser les productions ou d’optimiser les chantiers. Il convient néanmoins d’être prudent face au foisonnement des offres disponibles. En effet, les données générées sont celles des agriculteurs et la plupart des fournisseurs mettent à disposition un ou des Outils d’Aide à la Décision (OAD) afin de les valoriser. Ces OAD sont généralement payants et il faut bien réfléchir aux bénéfices que l’on va en tirer avant de se lancer dans l’achat d’une de ces solutions.

Rester maitre de ses décisions
Que ce soit en matière de gestion des données, d’actions au champ ou d’achat de matériel, même si de nombreuses innovations sont de réels atouts, il faut prendre le temps de comparer et de s’informer auprès de conseillers indépendants sur ce domaine en mutation permanente. D’autant plus qu’au vu de la multiplication des offres sur le marché, il sera difficile de bien valoriser les informations reçues.

Vers une meilleure interopérabilité ?
Une autre tendance notable lors de ce SIMA est l’émergence d’outils interopérables, visant à collecter des informations de différentes sources afin de trier ce qui sera utile et ce qui ne va pas l’être. Les enjeux de protection des données sont également abordés par certaines sociétés et start-ups. Le réseau des Chambres d’agriculture est ainsi un des membres fondateurs d’API-AGRO, structure nationale ayant pour ambition de devenir un acteur majeur de Big Data à l’échelle Française voire Européenne. Cette initiative garantira la sécurité des données et permettra une gestion simple et directe des droits d’accès à celles-ci. Mes p@rcelles (logiciel de gestion du parcellaire des Chambres d’agriculture) n’est pas en reste, en effet, un des axes de communication mis en avant sur le stand des Chambres d’agriculture était la présentation des développements prévus pour permettre de récupérer dans une interface unique les informations issues de différents services, plateformes constructeur et OAD.

 


Le premier prix du Satellite Agri’Hackaton, qui s’est déroulé lors du Sima 2019, a été remporté par le réseau des Chambres d’agriculture pour le projet Ohm sweet home. Ce dernier est un projet de valorisation des données des satellites Sentinel via la plateforme Mes p@rcelles, conçu par l’équipe en charge du développement de cet outil.

L’objectif du projet :
Utiliser des indices calculés via des images satellitaires pour caractériser les sols en limitant au maximum les actions sur le terrain et donc les coûts. L’intérêt des professionnels du domaine pour cet outil étant démontré, il ne reste plus qu’à industrialiser le processus afin de le proposer aux 35 000 agriculteurs utilisateurs de la solution.

 

 

Contact :
Guilaume LAPLACE : 06 74 56 04 34